Combien de mots utilisons-nous au quotidien ?

Publié le :

Par : Nathalie Baills-Barré

Les linguistes s’alarment de la diminution du vocabulaire chez les Français. Si certains estiment que la moyenne nationale s’établit à 5 000 mots par jour, d’autres se basent sur un nombre bien moindre : entre 2 000 et 3 000. Pire, 10 % de la population n’emploierait que 500 mots ! Mais peut-on vraiment savoir combien de mots courants nous utilisons au quotidien ?

Combien de mots possède la langue française ?

Vous êtes-vous déjà penché·e sur la question du nombre de mots que possède la langue française ? Si oui, félicitations ! Toutefois, avez-vous pris en compte tous les paramètres qui font du français une langue en perpétuelle évolution ?

Le français, une langue qui se réinvente en permanence

Si nous devions remonter le temps et créer un dictionnaire de français depuis son origine, celui-ci se composerait de millions de mots.

En Gaule, durant l’Antiquité, nos ancêtres parlaient trois langues :

  • le celte (gaulois) ;
  • le grec ;
  • le latin (dit vulgaire ou vernaculaire), langue des colonisateurs.

Le latin finit par s’imposer en incorporant des mots gaulois. C’est le gallo-romain. Ce dernier se transforme à nouveau avec les invasions des Francs, au Ve siècle apr. J.-C. Ceux-ci parlent un mélange de latin et de francique (dialecte germanique), le roman. Il est à l’origine de notre langue actuelle. Le roman connaîtra toutefois des centaines de formes au cours des siècles, dont :

  • la langue d’oïl dans le nord de la France qui finira par s’imposer ;
  • la langue d’oc dans le sud de la France.

C’est en 1539 que le roi François 1er instaure l’usage de la langue française dans les documents administratifs et juridiques. Le but : faciliter la communication.

Ensuite, au fil des évènements historiques et des migrations, des mots allemands, italiens, espagnols et arabes viendront s’incorporer au français, sans compter l’anglais de plus en plus présent.

Ainsi, en deux mille ans d’histoire, nous sommes passé·es du latin au gallo-romain, puis du roman au français actuel. Mais celui-ci continue toujours d’évoluer. Certains mots disparaissent, d’autres naissent.

Les langues régionales et les mots francophones

Les langues régionales, parlées sur une partie du territoire depuis plus longtemps que le français, participent à son évolution. D’après le ministère de la Culture, 82 langues régionales sont répertoriées sur le territoire français, dont 50 en outre-mer.

Il ne faut pas oublier également l’apport de la francophonie dans l’évolution du français. Cinquième langue la plus parlée dans le monde, elle compte en effet plus de 300 millions de francophones. Ces derniers prennent également part à sa diversité.

Que disent les dictionnaires ?

Pour définir le nombre de mots en français, ouvrons nos dictionnaires :

  • Larousse de poche 2022 : 72 000 mots ;
  • Le Petit Robert 2022 : 300 000 mots et sens ;
  • Le Larousse Junior : 31 000 mots ;
  • Le Robert Junior : 32 000 mots ;
  • Le Trésor de la langue française informatisé : environ 100 000 mots (XIXe et XXe siècles).

Mais remontons dans le temps :

  • Le Petit Larousse illustré 2020 : 63 500 mots ;
  • Le Petit Robert 1998 : 60 000 mots.

Que conclure de ces données ?

  • Qu’aucun dictionnaire ne donne le même nombre de mots, aussi bien pour les adultes que pour les enfants.
  • Que de nouveaux mots apparaissent chaque année dans la langue française. En 1998, sont apparus « diaboliser », « cheese-cake » et « euthanasier ».
  • Que l’ajout de nouveaux mots dépend des maisons d’édition, mais aussi de l’actualité. En 2022 sont entrés les termes « Covid-19 », « cluster » et « télétravailler ».
  • Qu’aucun dictionnaire ne peut être complet… sinon, nous aurions des centaines de volumes sur nos bureaux.

Combien de mots dans le langage courant employons-nous ?

Le langage courant, c’est quoi ? Il se définit comme le vocabulaire actif, celui dont on se sert tous les jours pour communiquer. Il varie bien sûr par rapport à nos interlocuteurs :

  • enfant/ado/adulte/personne âgée ;
  • ami/collègue/client/patron.

Il se distingue du vocabulaire passif, ou dit de culture générale, qu’on ne maîtrise pas tout à fait.

3 725 mots en fin de troisième

« L’Échelle Dubois-Buyse d’orthographe usuelle française » se présente comme une table de fréquence et de difficulté orthographique. Réalisée en 1940, elle fut corrigée et rééditée par Raymond Buyse. Sa dernière actualisation date de 1998 (7e édition). Cet ouvrage demeure un outil de référence pour l’enseignant.

L’échelle Dubois-Buyse recense les mots de la langue française employés par les enfants à partir de 6 ans jusqu’à 16 ans. Elle rassemble près de 4 000 termes d’usage courant supposés être connus de tout adulte francophone. Ce livre se présente sous la forme de table de référence regroupant des mots répartis en 43 échelons.

En fin de 3e, l’adolescent est censé connaître environ 3 725 mots, ce qui ne veut pas dire qu’il les emploie réellement dans la vie quotidienne. Il est même fort probable qu’il n’utilise qu’une infime partie de son bagage. D’après l’Académie française, il serait en effet impossible de comptabiliser le nombre de mots employés au quotidien. Toutefois, 1 000 mots suffiraient pour nous faire comprendre de nos interlocuteurs à l’oral. La majorité des Français en emploierait entre 3 000 et 5 000. Nous sommes donc très loin des 72 000 mots du dictionnaire.

Une raison de plus pour accroître son vocabulaire !

Cette lecture vous a plu ? Alors partagez-la et commentez-la !

Et pour ne pas manquer les prochains articles, n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter et de nous rejoindre sur les réseaux sociaux.

Votre soutien est important pour nous. Merci de votre participation !


2 réflexions au sujet de “Combien de mots utilisons-nous au quotidien ?”

  1. Article très intéressant ! J’ai toujours voulu savoir combien de mots je connaissais 😅 mais impossible de le savoir

    Répondre
    • Merci Blandine ! Il n’existe malheureusement pas de méthode pour savoir exactement combien de mots nous connaissons, un nombre qui évolue avec l’âge et le contexte de vie de chacun.

      Répondre

Laisser un commentaire