Chocolatine ou pain au chocolat ? Quel dialecte causez-vous ?

Publié le :

Par : Nathalie Baills-Barré

« Dis-moi comment tu parles, je te dirai d’où tu viens. » Fada, poche, crayon de bois, drache… Autant d’expressions qui permettent à la France de se hisser à la deuxième place des pays d’Europe occidentale en nombre de langues régionales. Mais savez-vous combien on en dénombre en France ? Vingt ? Quarante ?… Vous donnez votre langue au chat ? Quatre-vingt-deux d’après les données du ministère de la Culture, dont plus de cinquante dans les territoires d’outre-mer ! Et vous ? Parlez-vous une langue régionale de France ?

Comment se définissent nos langues de France ?

Selon le ministère de la Culture, les langues régionales se caractérisent par leur ancienneté par rapport au français et leur aire géographique. Elles se différencient également par leur statut, c’est-à-dire par le degré de reconnaissance accordé par l’État. Le français, langue de la République, est considéré comme prioritaire.

Voici la liste de nos langues régionales, reconnaissez-vous la vôtre ? Basque, breton, catalan, corse, alsacien, francique mosellan, flamand occidental, franco-provençal (Centre-Est), parlers liguriens (Monaco). Et bien sûr, nos langues d’oïl et d’oc :

  • Dans le nord de la France : bourguignon-morvandiau, champenois, franc-comtois, gallo, lorrain, normand, picard, poitevin, saintongeais, wallon.
  • Dans le sud de la France : gascon, languedocien, provençal, auvergnat, limousin, vivaro-alpin.
    Et n’oublions pas nos parlers des territoires d’outre-mer, la Nouvelle-Calédonie possédant à elle seule, vingt-huit langues kanakes.

Savez-vous quelle est la langue régionale la plus parlée en France ? Allez, on vous aide… Les langues créoles. Elles compteraient plus de 10 millions de locuteurs natifs.

Dialecte, patois, argot ? Comment s’y retrouver ?

Pour désigner ces langues de France, plusieurs termes sont utilisés : dialecte, patois, argot… Mais selon vous, veulent-ils exprimer la même chose ? Eh bien, non ! Il y a une nuance. Les dialectes demeurent attachés à une zone géographique (Provence, Occitanie, Bretagne…). Ils comportent un nombre réduit de locuteurs. Le patois en revanche se définit par son oralité. Il est plutôt employé dans une aire restreinte et en milieu rural. Le patois est souvent perçu comme péjoratif.

En ce qui concerne l’argot, c’est un « ensemble des mots particuliers qu’adopte un groupe social vivant replié sur lui-même et qui veut se distinguer et/ou se protéger du reste de la société… » (cf. Larousse). C’est le cas du Loubechem. Connaissez-vous le Loubechem ? C’était le langage secret des bouchers des halles au XIXe siècle. Cette corporation l’employait encore en 1978 comme vous pouvez l’entendre dans une archive de l’INA sur l’argot des bouchers.

Maintenant que nous parlons d’accents, peut-être vous demandez-vous si les Parisiens en possèdent. Eh bien, oui ! Du moins au début du XXe siècle. C’est le fameux langage des titis parisiens… aujourd’hui malheureusement disparu.
Mais si vous voulez vous en faire une idée, nous vous recommandons d’écouter l’enregistrement d’un tapissier daté de 1912 (archives sonores, Gallica).

Enfin, plus étonnant, les langues de France ne sont pas toujours parlées… la preuve avec la langue sifflée de la vallée d’Aas à écouter sans modération (archives INA) !

L’influence de l’histoire et de la géographie sur nos langues régionales

Notre histoire de France a sans conteste influencé nos langues régionales, en témoignent nos belles provinces.

À partir du milieu du Ve siècle av. J.-C., la Bretagne demeure, comme d’autres régions de la Gaule, intégrée à la culture celte. À la fin de l’Antiquité, les migrations de la Grande-Bretagne vers la péninsule armoricaine vont s’accentuer et créer une culture particulière. La langue bretonne en fait partie. Cette dernière vient donc des îles britanniques, de même que le gallois et le cornique (groupe britannique).

Le catalan comporte de nombreux traits hispaniques. Il se répartit entre la France et l’Espagne. En Andorre, le catalan est la langue officielle.

Le corse possède historiquement une influence italienne. C’est en 1768 que la Corse, au départ italienne et sous domination génoise, devient française (traité de Versailles).

Le basque se parle en France (Pyrénées-Atlantiques) et en Espagne. C’est dans ce pays que l’on rencontre le plus grand nombre de locuteurs. On ignore l’origine de cette langue régionale. Elle serait antérieure à la langue indo-européenne. Il existe plusieurs théories sur son apparition, dont celle de l’isolat.

Enfin, les langues créoles témoignent d’un triste passé colonial. Elles se sont formées aux XVIe et XVIIe siècles, à partir des langues utilisées par les colons, ces derniers parlant… un dialecte régional.

C’est en effet en 1539, afin de faciliter les échanges, que le français devient la langue administrative du royaume de France. Mais les langues régionales ne disparaîtront pas, bien au contraire. Après la Révolution française, l’État cherchera à les supprimer. L’enseignement obligatoire interdit alors de parler un dialecte à l’école… seulement pour un temps…

Les langues régionales de France : les lois

Voici quelques dates à retenir afin de comprendre l’évolution des langues régionales en France.

C’est en 1951, le 11 janvier, que le basque, le breton, le catalan et l’occitan entrent officiellement dans les écoles. Le corse y sera introduit plus tardivement, en 1974, puis suivra le tahitien en 1981.

En 1958, le français est proclamé langue de la République dans l’article 2 de la Constitution.

En 1992, cet article est de nouveau adopté à l’Assemblée nationale pour lutter contre… l’anglais.

En 2001 est créée la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Cette dernière demeure rattachée au ministère de la Culture. Son rôle est de veiller à la promotion de la langue française et de la protéger.

En 2008, la réforme de la Constitution introduit l’article 75-1 : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. »

Un nouveau tournant a lieu en 2021 grâce à la loi Molac. Cette loi protège les langues régionales et les promeut. Elle autorise :

  • l’enseignement immersif dans les écoles publiques, aux horaires normaux et ceci dans le but de « proposer l’enseignement de la langue régionale à tous les élèves » ;
  • la signalétique bilingue dans les services publics.

Le saviez-vous ?
Selon L’Express qui cite l’Éducation nationale, les élèves des écoles immersives en breton obtiennent aux évaluations d’entrées en sixième, au brevet et au baccalauréat, de bien meilleurs résultats que ceux de la moyenne nationale.
Bevet Breizh !

Il existerait 6 000 langues dans le monde. D’ici la fin de ce siècle, plus de la moitié disparaîtront. En cause ? La mondialisation et l’usage de l’anglais. Nos dialectes régionaux se trouvent donc en danger. Les spécialistes estiment d’ailleurs qu’une langue est sauvée lorsque le taux approche des 40 %. Or, dans certaines régions, ce taux est à peine de 10 %. Alors, pour sauvegarder notre patrimoine français, apprenons une langue régionale de France !

Bonus :
Si vous voulez entendre nos belles langues de France, Gallica vous permet de les écouter grâce à ses archives : Français et langues régionales. Vous les découvrirez également dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) : langue régionale et dans l’Atlas sonore des langues régionales de France.

Vous aimez la langue française ? Vous voudriez améliorer vos écrits ? Label Écriture vous en donne les clefs. Tout en vous amusant, vous découvrirez toutes les subtilités de notre si belle langue.

Sources :

https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France

https://www.youtube.com/watch?v=k6iesNH-s0k (la langue sifflée de la vallée d’Aas, archives INA)

https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/18724/pop_et_soc_francais_376.fr.pdf

https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Nos-missions/Promouvoir-les-langues-de-France/Langues-regionales

https://www.allotrends.com/fr/ina-paris-vintage/1978-le-loucherbem-l-argot-des-bouchers-archive-ina-642027.html

https://gallica.bnf.fr/html/enregistrements-sonores/dialectes-de-france?mode=desktop

Crédit photo : Nathalie Baills-Barré, créole guadeloupéen sur un panneau, « le musée du cacao »

Pour ne pas manquer nos prochains articles, n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter et de nous rejoindre sur les réseaux sociaux.

Votre soutien est important pour nous. Merci de votre participation !

Laisser un commentaire