Les Français : derniers de la classe en français !

Publié le :

Par : Nancy MARTINS

Les Français ont la réputation d’être romantiques, fins gastronomes et passionnés d’art. Mais s’il y a bien un cliché sur les Français qui en réalité n’en est pas un, c’est celui qui concerne leur niveau en matière de linguistique : c’est un fait avéré, les Français sont nuls en langues ! De manière générale, les Français ont de grosses lacunes en ce qui concerne les langues étrangères. Par exemple, leur piètre maîtrise de la langue de Shakespeare est assez bien connue : on retrouve d’ailleurs la France au 35e rang des pays qui « can speak English very well ». Mais leur médiocrité en la matière ne se limite malheureusement pas aux langues étrangères : les Français ont également un mal fou à maîtriser leur propre langue ! Alors que l’on observait un niveau plus que correct au début du XXe siècle, le niveau n’a pas cessé de baisser depuis. Orthographe, grammaire, style et conjugaison : tout semble être à revoir, tant à l’écrit qu’à l’oral. Réseaux sociaux, langage texto, argot, environnement familial ou encore correcteurs : à qui “ la faute ” si nous parlons français de plus en plus mal ?

Le niveau d’expression en chute libre

Cela va de l’incompréhension des textes à la difficulté à s’exprimer à l’oral comme à l’écrit : la baisse du niveau en français s’étend à la pratique de la langue dans sa globalité. Mais le plus inquiétant, c’est que cette chute du niveau concerne toutes les tranches d’âge ainsi que toutes les classes sociales, et ce fait ne date malheureusement pas d’hier.

Déjà en 1965, la commission ministérielle d’études orthographiques le disait dans un rapport : « De toutes parts, dans les administrations comme dans l’enseignement, on se plaint de la dégradation rapide de l’orthographe. »

En 2016, une note du ministère de l’Éducation nationale atteste que les élèves de CM2 de 2015 ont de moins bons résultats en orthographe que leurs prédécesseurs de 1987 et 2007. Évalués sur la même dictée, les élèves de 2015 ont fait en moyenne 17 erreurs, contre 14 en 2007, et 10 en 1987, soit une évolution menant à 7 fautes de plus.

On a pu également constater l’ampleur du problème en juin 2022, lorsque certains lycéens se sont retrouvés en difficulté devant le mot « ludique », le jour du bac. Mais quelles sont donc les origines d’une telle régression ?

Les causes de l’affaiblissement de la maîtrise de la langue

Même si cette baisse du niveau est préoccupante, voire plutôt alarmante, on ne sait toutefois pas vraiment à quoi l’attribuer. Les facteurs que l’on pense à l’origine de ce phénomène sont nombreux.

Le français : une langue difficile et réservée à l’élite

En effet, la langue française est particulièrement célèbre pour ses règles pointues, ses subtilités, ainsi que ses exceptions. C’est grâce à toutes ces caractéristiques que le français arrive dans le top 10 des langues les plus difficiles à apprendre, et cela vaut également pour les francophones !

De plus, il s’avère que l’Académie française, institution chargée de « fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre compréhensible par tous », ne nous facilite pas vraiment la tâche. Ses membres l’avaient confessé, ils préféraient « suivre l’ancienne orthographe qui distingue les gens de lettres d’avec les ignorants et les simples femmes. »
Lors des premières tentatives de standardisation du français, il y a eu de fortes oppositions entre les traditionalistes et certains grammairiens qui souhaitaient une plus grande régularité et une proximité plus importante avec la langue orale.

Malgré cela, l’Académie n’a pas mené à terme son projet de régularisation de la langue, et nous a laissés face à une langue élaborée pour une élite, dans un contexte où il s’agissait de l’enseigner à tous ; une langue inadaptée au plus grand nombre de ses locuteurs.

Le déclin de la lecture

C’est fou de pouvoir dire cela quand on ne cesse d’écrire aux autres toute la journée : texto, mails, posts, ce n’est pourtant pas la lecture qui manque ! Malheureusement, ce n’est pas la quantité ou la fréquence de nos lectures qui est à blâmer, mais bien leur qualité. Écriture abrégée, argot et autres émojis se sont imposés dans les échanges et font qu’aujourd’hui la lecture n’est plus gage de progression.

Particulièrement chez les jeunes, le peu de « véritable » lecture qu’il reste est désormais consacré aux mangas et autres BD, qui l’emportent clairement sur les romans.
« Honoré de Balzac et la richesse de son vocabulaire ne font pas le poids face à One Piece. »

La façon d’enseigner les langues en France

Le nombre d’heures accordé à l’étude du français n’a cessé de diminuer au profit de nouvelles disciplines ou de temps de soutien. Aujourd’hui, le nombre d’heures de français en 2de équivaut à celui que les élèves avaient en entrant en 4e dans les années 70. Cette diminution donne à beaucoup d’enseignants le sentiment de reculer dans les apprentissages et de perdre en efficacité.

Les facteurs environnementaux, reflets des inégalités sociales

Plus de temps sur les écrans, moins de communication au sein de la famille… L’évolution des comportements au sein des foyers contribue également à cette baisse de niveau.
Par ailleurs, on constate que la maîtrise de la langue semble s’être détériorée dans la société ; or on sait que les enfants reproduisent ce qu’ils entendent. En effet, les modèles qu’ont nos enfants aujourd’hui sont ceux qu’ils prennent à la TV ou sur internet, ce qui alimente d’autant plus le cercle vicieux.
Les études démontrent des liens importants entre le niveau social des parents et les résultats des élèves. Le système éducatif tel qu’il est de nos jours ne parvient pas à enrayer ces inégalités.

Des outils qui nous empêchent de réfléchir et qui nous rendent fainéants

Entre correcteurs automatiques et autres applications de saisie vocale, ces outils conçus pour nous faciliter la vie nous dispensent de réfléchir et font le travail à notre place. Or, lorsque l’on commence à prendre l’habitude de se laisser guider par ces intelligences artificielles, c’est la nôtre qui en pâtit. Si on corrige vos fautes avant même que vous les fassiez, il vous sera alors impossible de vous autocorriger par la suite.

Qu’on les utilise par fainéantise ou manque de confiance en soi, ces outils nous font gagner du temps, mais achèvent nos connaissances.

Une mauvaise orthographe, véritable source de discrimination

En tant que patron ou recruteur, que penseriez-vous d’une lettre de motivation truffée de fautes, ou d’un candidat incapable de formuler une phrase grammaticalement correcte lors d’un entretien ?
Véritable handicap professionnel, il a été prouvé qu’un niveau de français insuffisant vous porte préjudice et vous discrédite lors de votre recherche d’emploi. Cela peut valoir aussi dans la sphère sociale et personnelle, ou cela peut donner une image biaisée de votre personne et conduire à une première impression négative. En effet, dans certains cas, quand la forme est mauvaise, cela peut masquer et déprécier le fond. Cette baisse du niveau en français, causée par de nombreux facteurs, impacte fortement le développement éducatif et social du pays.

Il est désormais temps de s’interroger sur les solutions à apporter pour combattre un tel fléau : faut-il adapter la langue française aux Français, ou leur redonner les clés pour enfin s’approprier leur langue ?

Sources :

https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/le-niveau-de-francais-des-eleves-de-l-enseignement-superieur-a-t-il-reellement-baisse-20220612

https://www.sudouest.fr/politique/education/lecture-le-niveau-des-ecoliers-francais-a-la-baisse-depuis-20-ans-3234774.php

Cette lecture vous a plu ? Alors partagez-la et commentez-la !

Et pour ne pas manquer les prochains articles, n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter et de nous rejoindre sur les réseaux sociaux.

Votre soutien est important pour nous. Merci de votre participation !

Laisser un commentaire